Le Ultimate

Qu’est-ce que le Ultimate ?

Règle générale, si la majorité des gens a peu de difficultés à connaître le « jeu du frisbee », ce disque de plastique que l’on peut lancer, beaucoup moins sont capables de décrire le sport du ultimate frisbee. On associe souvent le ultimate frisbee à un mélange de football, de baskeball et de soccer, mais avec un disque, plus communément appelé frisbee. En 1999, le Globe and Mail écrivait que « si le soccer sortait dans un bar et, sous l’effet de l’alcool, passait la nuit avec un frisbee, l’Ultimate serait leur enfant illégitime. »

Le ultimate frisbee est un sport sans contact et rapide qui se joue entre deux équipes de sept joueurs sur un terrain similaire à celui d’un terrain de football de 110 mètres sur 37. L’objectif de base est de réussir une passe dans la zone adverse pour marquer un point. Il n’est pas permis de courir avec le disque. Quant un joueur reçoit le disque, il doit s’arrêter et essayer de le lancer à un coéquipier.

Pendant qu’une des équipes tente de faire progresser le disque vers la zone de but adverse, l’autre s’affaire à le rabattre ou l’intercepter. Le joueur qui couvre le porteur du disque commence à compter les secondes dès qu’il est à moins de trois (3) mètres de lui et si au bout de 10 secondes le joueur n’a toujours pas lancé le disque, il y a changement de possession.  » Si le disque touche le sol, s’il est contré ou intercepté, bref, si la passe n’aboutit pas, l’équipe qui défendait prend possession du disque et devient attaquante. « 

Sur le terrain, les joueurs en offensive tenteront de se démarquer de leur couvreur. Cela aura pour effet de créer un jeu fluide, en continuel mouvement, ce qui fait du ultimate un sport rempli d’action, de courses folles, de plongeons spectaculaires et de sauts qui défient presque la gravité.

Un peu d’histoire…

En tout premier lieu, le frisbee ultime ne serait évidemment pas le sport qu’il est si le « frisbee » lui-même n’avait pas été inventé.

Le frisbee

Tout débuta en 1871, année où William Russel Frisbie, pâtissier, fonde la Connecticut’s Frisbie Pie Company. Il emballait toutes ses tartes dans des moules en acier à bord relevé.

Dans les années 40, les étudiants sur le campus de l’université Yale, client de la Frisbie Pie Company, chahutaient à la fin des repas et se lançaient les moules à tarte.

Quelques années plus tard, Walter Morrison, un étudiant nostalgique de Yale décida en 1948 de construire un disque en plastique dessiné précisément pour le vol. Il le baptisa le « Pluto Platter » et il fut commercialisé dès 1951 par la compagnie de jouets Wham-O.

En 1954 eut lieu à l’Université Dartmouth le premier tournoi d’un sport de disque, le « Guts », sport toujours populaire aujourd’hui.

En 1959, un an après la fermeture de la Frisbie Pie Company, Wham-O enregistre le nom de Frisbee pour ses disques, nom que les étudiants des universités lui avaient déjà attribué depuis longtemps.

Finalement, en 1960 la compagnie Wham-O crée l’association internationale de Frisbee. D’un simple jeu, le Frisbee est devenu un sport à part entière, avec ses règles, ses compétitions et ses clubs.

Le Ultimate

Le Ultimate est apparu en 1967 ; c’est un sport qui a été développé par les élèves de la Colombia High School à Maplewood dans le New Jersey. Leur objectif était de créer un sport nouveau se référant aux valeurs originales de l’olympisme, soient le pacifisme, l’entente entre les peuples et l’esprit sportif. Les premières parties se jouaient entre les membres du conseil étudiant et le personnel du journal de l’école. Ces étudiants, menés par Joel Silver et David Leiwant, ont écrit les premiers règlements officiels du Ultimate.

Le sport a fort évolué depuis. L’Ultimate s’est taillé une place de choix dans le coeur d’une centaines de milliers de joueurs répartis dans plus de 42 pays. Et pour cause, l’Ultimate a tout du sport idéal. Il allie les meilleurs aspects du soccer, du basketball et du football. Le Frisbee n’a rien de la tristounette distraction couramment pratiquée sur les plages publiques ! Le Frisbee, le « vrai », exige des qualités athlétiques considérables. Il met continuellement à l’épreuve la rapidité, l’endurance et l’agilité des joueurs.

L’Ultimate mise sur l’auto-arbitrage pour assurer le bon déroulement des rencontres. Tous les joueurs sont chapeautés par la philosophie de base du Ultimate : le concept d’Esprit du jeu, ou Spirit of the game. Intégrée au règlement, cette philosophie unique constitue l’élément central du sport.

Au Québec, plusieurs ligues ont vu le jour à Montréal, Québec, Sherbrooke, Trois-Rivières, Gaspé, St-Jean… et Repentigny!

Les 10 règles de base du Ultimate

1. Le terrain : Un terrain réglementaire est de 110 m x 37 m. Il comprend une zone de jeu de 64 m x 37 m et deux zones de but de 23 m x 37 m à chaque extrémité.

2. La mise au jeu : Les deux équipes sont alignées face à face sur la ligne de but intérieure. L’équipe défensive (D) lance le disque à l’équipe offensive (O). Il y a sept joueurs par alignement lors d’une partie réglementaire.

3. Le pointage : L’équipe offensive marque un point à chaque fois qu’elle attrape le disque dans la zone de but de l’équipe défensive. Les équipes changent de côté après chaque point. L’équipe qui vient de marquer fait la nouvelle mise au jeu.

4. Le déplacement du disque : Le disque est déplacé en faisant des passes entre coéquipiers. Le disque peut être lancé dans n’importe quelle direction. La personne qui attrape le disque devient « le lanceur » et a un maximum de 10 secondes pour faire une passe. La personne de l’équipe défensive qui surveille le lanceur est « le marqueur ». Le marqueur compte à voix haute le délai de 10 secondes dès qu’il est à l’intérieur d’une zone de 3 m autour du lanceur.

5. Le changement de possession : Lorsqu’une passe n’est pas complétée (échappée, bloquée, interceptée, hors-jeu), l’équipe défensive prend immédiatement possession du disque là où le disque s’est immobilisé ou est sorti du terrain et devient l’équipe offensive.

6. Les substitutions : Les joueurs peuvent être remplacés seulement lorsqu’un point a été marqué ou lorsqu’il y a un temps d’arrêt demandé pour une blessure.

7. L’absence de contact : Aucun contact physique n’est permis entre les joueurs. Une faute survient lorsqu’un contact a lieu entre deux joueurs lors du lancer ou de l’attraper du disque.

8. Les fautes et les hors-jeux : Si le joueur perd ou ne peut pas prendre possession du disque à cause d’un contact, il y a faute et le disque revient au joueur qui a subi la faute. S’il y a désaccord entre les deux personnes en cause, on recommence le jeu. Il est également interdit de se servir des autres joueurs comme écran (« pick ») pour empêcher un défenseur de suivre un attaquant. Il y a hors-jeu lorsqu’un joueur attrape le disque à l’extérieur des limites du terrain (les lignes ne font pas partie du terrain).

9. L’auto-arbitrage : Les joueurs sont responsables de signaler leurs fautes et les hors-jeux. Les joueurs résolvent leur propre dispute. S’il y a mésentente, le jeu est recommencé.

10. L’esprit du jeu : Le Ultimate encourage fortement l’esprit sportif et le jeu loyal. Le jeu compétitif est encouragé mais jamais aux dépens du respect entre les joueurs, des règles et du plaisir de jouer.

Le « Spirit »

Le Ultimate compte sur l’esprit sportif qui rend chaque joueur responsable du « fair play ». On encourage le jeu hautement compétitif, mais jamais au détriment du respect mutuel entre les joueurs, du respect des règles du jeu qui ont été convenues, ou du simple plaisir de jouer. Le maintien de ces principes fondamentaux sert à éviter les comportements inappropriés sur le terrain. Le fait de narguer les joueurs de l’équipe adverse, agresser un joueur, intimider les adversaires, commettre des fautes intentionnelles ou tout autre comportement visant la victoire à tout prix sont contraires à l’esprit du jeu et doivent être évités par tous les joueurs.

1. La règle d’or : Traitez les autres comme vous voudriez être traité.
Les parties exaltantes sont le résultat du respect mutuel entre les adversaires. Attendez-vous au meilleur de vos adversaires. Donnez-lui le bénéfice du doute. Vous en voudriez autant pour vous. Mais, si vous avez une carapace solide, ne présumez pas que votre adversaire en a une aussi. Vous devriez peut-être penser à cette règle comme : « Traitez les autres comme vous voudriez qu’ils traitent votre mère ».

2. Contrôle – L’esprit du jeu exige des efforts.
L’esprit du jeu n’est pas un principe abstrait que tout le monde adopte et qu’alors les matchs se déroulent en douceur sans effort. Des appels difficiles sont faits dans des matchs serrés. Des fautes sérieuses sont commises. L’esprit du jeu concerne la façon dont vous vous contrôlez sous pression : comment vous contenez votre émotivité, contrôlez votre caractère et modulez votre voix. Si vous initiez ou contribuez à un manquement à l’esprit du jeu, le concept s’écroule rapidement. Si vous contribuez à régler les problèmes (ou, au moins, à ne pas les envenimer) en respectant le point 1, ils disparaissent d’eux-mêmes.

3. Plaisanter et narguer sont des choses différentes.
Le Ultimate a une longue tradition de plaisanteries spirituelles. Les plaisanteries sont des blagues amicales, souvent faites par des spectateurs qui ne jouent pas. Plaisanter est amusant, mais narguer est malvenu et contraire à l’esprit du jeu. Des critiques acerbes après une faute d’un opposant ou un jeu serré ne sont pas des plaisanteries : ce sont des critiques abusives qui créent une ambiance de jeu désagréable et évoluent souvent en disputes offensantes.

4. L’esprit du jeu est compatible avec du jeu intense.
C’est une erreur de prétendre que des enjeux sont si importants que certains aspects de l’esprit du jeu peuvent être mis de côté. Maintes et maintes fois, de grandes équipes et des joueurs étoiles ont démontré que vous pouvez jouer avec toute votre compétitivité et votre talent athlétique sans sacrifier le fair-play ou le respect de votre adversaire.

5. Ne vous vengez pas.
Il n’y a pas de principe « oeil pour oeil ». Si vous avez été lésé, cela ne vous donne pas le droit de léser quelqu’un d’autre en retour. Dans le cas extrême où vous auriez été sévèrement maltraité, vous pouvez soumettre la situation à un capitaine, un organisateur de tournoi ou même déposer une plainte auprès de votre ligue. Si vous vous faites justice, une plainte pourrait être déposée contre vous ! Rappelez-vous le point 1 : traitez les autres comme vous voudriez être traité, pas comme ils vous ont traité. En fin de compte, vous êtes responsables de vos actes.

6. Respirez !
Après une faute sérieuse, un appel serré ou un jeu controversé, prenez du recul, faites une pause et prenez une grande respiration. Dans le feu de l’action, les émotions s’emballent facilement. En vous donnant un peu de temps et d’espace, vous aurez une meilleure perspective pour vous calmer et vous concentrer sur les détails de la controverse (était-elle « sur le terrain » ou « hors limite », avez-vous touché sa main ou le disque, l’obstruction a-t-elle affecté le jeu, …) Votre réserve incitera votre adversaire à plus de réserve. Le conflit évité, vous pouvez continuer à jouer normalement.

7. Quand vous faites le bien, tous le voient.
Quand vous tendez l’autre joue, vous savez que vous avez fait la bonne chose à faire. Vous n’entendrez pas nécessairement des louanges ni ne verrez d’ovation, mais les autres joueurs vous voient. Éventuellement, leur respect pour vous et leur appréciation du jeu en seront augmentés.

8. Soyez généreux de vos encouragements.
Complimentez un adversaire sur un bel attrapé. Dites à un coéquipier que vous admirez son honnêteté quand il se déclare lui-même « hors limite ». Regardez les joueurs dans les yeux et félicitez-les quand vous leur serrez la main après un match. Ces petits gestes font beaucoup pour l’esprit du jeu, un gain important pour un peu de temps et d’effort.

9. C’est la première impression qui compte.
Non seulement le fait de réaliser qu’on se rappellera vos actions aide à diminuer les mauvais comportements, il peut aussi inspirer une meilleure conduite. Plusieurs anciens aiment rencontrer un joueur d’élite qui se rappelle leur première rencontre sur un terrain et se rappelle la scène en détail. Une bonne première rencontre avec un jeune joueur impressionnable peut avoir un impact à long terme considérable.

10. Ayez du plaisir !
Toutes choses étant égales par ailleurs, les matchs sont beaucoup plus amusants sans antipathie. Jouez intensément. Soyez équitable. Ayez du plaisir.

(Source : ATRUF)

Ressources et liens utiles

L’équipe FUL a regroupé sur cette page une liste de références internet intéressantes. En furetant ces liens, vous pourrez voir des tutoriels animés de stratégies de jeu, des règlements vulgarisés en vidéo et bien plus!

Profitez-en pour vous maintenir à jour dans votre sport préféré! Ultimatehandbook : naviguez à travers les différentes sections via le menu de gauche du site: http://www.ultimatehandbook.com/uh/basics.html.
Consultez aussi What is Ultimate ainsi que Skills and Drills.

Au niveau organisationnel, notre association FUL, et donc vous par le fait même, est membre de la Fédération Québécoise d’Ultimate, dont le site est à: http://www.fqu.ca/.Vous pouvez notamment y voir les différentes compétitions provinciales et même vous y inscrire!

De même, la FQU est membre de la Canadian Ultimate Players Association. Ces associations travaillent fort pour faire reconnaître notre sport au gouvernement avec tous les avantages qui en découlent. Vous trouverez la page web en anglais à:www.canadianultimate.com.

 

Liens en vrac

 

Coaching, techniques et autres outils

 

Matériel de Ultimate